Trouver son propre Taï chi Interne Céleste (1)

Publié le 13 Mars 2013

 Art martial datant du  XV° siècle, le Tai Chi Chuan, qui signifit "boxe du faîte suprême", est, depuis l'origine, une discipline alliant un travail sur la santé, la maîtrise de soi et un art martial interne basés sur la philosophie taoïste et la médecine chinoise. Cet art repose sur des mouvements codifiés et lents. Sa pratique améliore la circulation énergétique et le bien-être.

 

Mais, ce Taï chi codifié, donnant lieu à un travail harmonieux dans un groupe de pratiquants, n'en est pas moins une standardisation de l'énergie. Chacun, au même instant, adopte la posture indiquée par l'enseignant. Or, chaque être humain est unique, et exprime des besoins uniques et différents à chaque instant. Alors, après avoir pratiqué longtemps ces bases, pendant des années, comme on doit en musique travailler ses gammes, pourquoi ne pas aller ensuite plus loin, et rechercher en soi son propre Taï chi interne Céleste pour jouer sa propre symphonie ?

 

Plus de codification, mais une relation vraie avec son corps, son âme, son esprit et ses guides. Tous prêts à répondre à notre sollicitation, pour peu que l'on se tourne vers eux sans peur ni arrière-pensée.

 

Tenez-vous dans un lieu paisible, jardin, campagne, ou même au calme de votre chambre (pensez à laisser circuler l'air). Dans des vêtements amples, vous respirez calmement, votre séance de Taï chi débute.

 

Comment ? Je ne vous ai pas dit quelle respiration, quelle position, suivie de quelle autre ? Non, bien sûr, car c'est votre séance de Taï chi. Je peux juste vous dire comment la débuter : respirez calmement par le ventre pour rentrer en relation avec votre hara, c'est lui qui va vous connecter avec vos "coachs" ; laissez filer vos pensées sans vous y accrocher, entrez dans un état méditatif.

 

Il faut d'abord apprivoiser votre corps. Et oui, à quand remonte la dernière fois où vous lui avez laissé le droit de s'exprimer ? Sait-il encore le faire ? Bien sûr, mais il va falloir lever toutes les barrières des préjugés, du ridicule qui ne tue pas... Laissez-lui le temps, peut-être aujourd'hui, ou à la prochaine séance, ou dans plusieurs mois... il va prendre la parole. Peut-être timidement au début, ou au contraire, il déversera d'un coup un flot trop retenu jusqu'à ce jour, peu importe, vous serez à nouveau connecté avec votre être intérieur, et vous pourrez commencer à bénéficier de votre Tai Chi interne Céleste.

 

A suivre : Taï Chi interne : le corps vous parle de l'âme. (2)

Rédigé par Alain Jean

Publié dans #Le Taï Chi des Vertus

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article